Herblay Les Naquettes

lundi 26 octobre 9048 Partages

Herblay Les Naquettes

UNE PETITE DEMI-HEURE, tout au plus. Malgré la rapidité des événements, les habitants des Naquettes, une petite cité d'Herblay, ne sont pas prêts d'oublier ces trente minutes. Assimilées à des scènes de « guérilla urbaine » par l'ensemble des riverains, elles ont été ressenties particulièrement violemment dimanche soir. Le bilan se monte à une vingtaine de véhicules vandalisés et des dizaines d'images jugées « choquantes » par les voisins. « J'ai entendu quatre à cinq coups de feu, rapporte une mère de famille. De ma fenêtre, j'ai ensuite aperçu un homme qui titubait avant de tomber. A plusieurs reprises, il a essayé de se relever sans y parvenir. Il a été pris en charge par deux automobilistes. » Touché au visage et aux côtes, il a été hospitalisé dans la nuit à Argenteuil. Cet habitant d'Herblay est l'un des trois blessés de la grande poursuite pédestre qui a mobilisé entre quarante et soixante jeunes, selon les témoignages. « C'était une masse compacte de personnes qui couraient d'un même mouvement avant de s'éparpiller dans tous les coins, rapporte une jeune femme. Ils ont lancé des cocktails Molotov et brisé les vitres de tous les véhicules qui se trouvaient sur leur passage. » Les têtes camouflées par des écharpes, des bonnets ou des casquettes, les assaillants avaient sorti une artillerie des plus hétéroclite. « Ils avaient des battes de base-ball, affirme une autre voisine. J'en ai vu un qui avait une hache à la main. Par terre, on a également découvert un marteau. » Plusieurs témoins parlent même d'un fusil à pompe. « J'ai entendu plusieurs détonations dont l'une provenait de ce genre d'arme, avance sans l'ombre d'une hésitation un jeune de la cité. On ne peut pas confondre avec autre chose. »
Battes de base-ball, hache, marteau
Sur place, les policiers n'ont en tout cas retrouvé que des cartouches gomme-cogne ainsi que quelques canettes de bière remplies d'essence. D'après les premières investigations, il s'agirait d'un règlement de compte entre deux bandes, l'une d'elle venant de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Difficile maintenant de savoir s'il y a eu un véritable affrontement. Si cela avait été le cas, il y aurait eu plus de blessés, estiment les enquêteurs. « De nombreux jeunes se sont enfuis pour se cacher dans les bois, derrière les immeubles », ajoute encore une jeune femme. A défaut d'un contact physique, les agresseurs auraient libéré leur rage sur les véhicules. Les incidents, très localisés, se sont déroulés dans les rues Honoré-de-Balzac, Pierre-Loti et Alfred-de-Musset. « J'habite ici depuis trente ans. C'est la première fois que je vois un tel déchaînement de violence », confie une mère de famille. « Ce genre d'incidents est exceptionnel et n'est pas sans rappeler ce qui s'est passé à La Défense, il y a quelques mois, assure de son côté le maire (RPR) d'Herblay, Patrick Barbe. Cela n'a rien à voir avec le quartier des Naquettes proprement dit. » Malgré tout, l'élu demeure vigilant quant à la montée du phénomène. Il a d'ailleurs rencontré le sous-préfet, il y a dix jours, pour évoquer justement les problèmes de sécurité. Son projet est de créer l'année prochaine une police municipale pour qu'elle travaille avec le commissariat d'Herblay à la lutte contre la délinquance de proximité.
Le Parisien


Recommandé