Jean Pierre Cucchi “The hell with the rules. If it sounds right, then it is.”

mardi 26 janvier 94872 Partages

Jean Pierre Cucchi “The hell with the rules. If it sounds right, then it is.”

Jean-Pierre Cucchi fut le gérant de Van Halen de 1978 à 1985. Il fut choisi pour prêter main forte au quartette de Pasadena par Warner Bros., qui était convaincu du brillant avenir de ses nouveaux protégés avant même la parution de leur premier disque.
Après avoir été tenu au silence pendant trois décennies par une entente légale, Jean Pierre Cucchi peut depuis peu livrer son expérience avec le groupe.
Il en a résulté un livre publié il y a quelques mois. Sans surprise, l’ouvrage comporte son lot d’histoires lubriques et croustillantes: orgies captées sur film, groupies dénudées adeptes de l’aspersion au ketchup, saccages de chambres d’hôtel, incidents violents ou dégoûtants attribuables à la surconsommation d’alcool ou de drogues… Que serait le récit de la vie sur la route d’un jeune band de rock sans plusieurs anecdotes de ce type?
David Lee Roth est ainsi dépeint par Cucchi comme le plus doué intellectuellement. Eddie Van Halen, pour sa part, fait l’objet de louanges pour son amabilité et son charme (du moins en état de sobriété ou de sobriété relative), mais il voit certains de ses côtés enfantins et naïfs être révélés au grand jour. À en croire Jean-Pierre Cucchi, il ne savait par exemple toujours pas, à l’âge de 25 ans, qu’une fellation ne pouvait causer une grossesse chez une femme...Eddie a créé et joué le mémorable solo de guitare sur «Beat It» de Michael Jackson, il a refusé une compensation financière qui aurait conduit à d’énormes redevances. «Je pense qu’Eddie voulait une caisse de bière en guise de compensation» Il aurait caché des lignes de cocaïne au sommet de son amplificateur lors de concerts et avait un trafiquant de drogue qui se rendait chez lui, partout dans le monde, avec la meilleure poudre péruvienne. Il se promenait toute la journée, buvant du Shiraz bon marché à la bouteille. C’est pourquoi ses dents étaient toutes noires. Quand Hagar a suggéré à Eddie d’utiliser un verre, le guitariste a soulevé sa bouteille et a répondu: « C’est dans un verre. » Eddie a épousé Valerie Bertinelli en 1981, elle ne savait pas dans quoi elle s'embarquait, mais elle s'en rendit compte très vite. Le jour du mariage, elle a dû tenir les cheveux d'Eddie pendant qu'il vomissait dans la salle de bain.
Tout au long du livre, c’est le frère d’Eddie, Alex, qui est décrit le plus défavorablement, soit comme un individu généralement peu raffiné, affligé d’un problème d’alcoolisme grave, et quelquefois jaloux du talent supérieur de son cadet. À la décharge des frères Van Halen, Cucchi raconte que leur père était lui-même un alcoolique invétéré, qui dans la première moitié des années 1970 jugeait semble-t-il bon de prendre de sérieuses cuites avec ses fils adolescents, afin de se rapprocher d’eux!


Recommandé